Bach

Bach

Bach

Chantal Stigliani - Das Wohltemperierte Klavier : BWV 846 - BWV 869

CAL1856

15,00 €

Ajouter au panier


Prévenez-moi lorsque le produit est disponible

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,50 €.

8 autres produits dans la même catégorie :

En savoir plus

Ce premier livre du clavier bien tempéré résume tout ce qu’était Jean-Sébastien Bach : un homme qui aimait la vie sous toutes ses formes. Jubilation, tendresse, amour, passion, espoir, regrets... tous les sentiments humains sont inscrits dans sa musique. Evidemment sa foi chrétienne et son profond respect pour le Créateur forment une trame de fond que l’on ne peut ignorer. Mais cet aspect de sa personnalité lui donne parfois une réputation austère, alors que l’amour qui conduit ses actes et son écriture n’ont rien de sombre : même ses Passions, marquées par les souffrances de la Croix ouvrent un pan de Ciel pour montrer qu’au bout il y a la Résurrection. 

Quel compositeur a la faculté de traverser les siècles sans prendre une ride comme lui ? Qu’on le joue en jazz, d’une manière conformiste, sur une guitare électrique ou un piano de concert très moderne, quelle que soit l’interprétation, vite, lente, staccato ou legato, la construction est si parfaite que tout est cohérent. Rien ne peut l’émousser. Cela tient du miracle..! 

Les préludes et fugues, indissociables, doivent mettre en valeur le tempérament, chaque tonalité ayant les mêmes chances d’autonomie pour exprimer leur caractère. Bonne occasion pour Bach de s’amuser à démultiplier toutes les combinaisons possibles que son génie créateur lui dicte. Il jongle avec les voix, les sujets, les canons, le contrepoint, les inversions, les augmentations, tout ce qu’on peut faire avec la fugue. Chaque fois, le prélude et sa fugue forment un duo qui raconte une histoire différente. C’est comme un livre de nouvelles que l’on dévore chaque fois pour en savoir la fin ! 

Comme Debussy l’a fait plus tard : on pourrait donner un titre à chaque duo...que l’on écrirait à la fin, toute lecture faite. Ainsi chaque interprète joue bien son rôle, en recréant ce que le compositeur a élaboré avec soin : mais avec Bach, de cette architecture indestructible s’échappe encore la Liberté. 


Commentaires

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

Bach

Bach

Chantal Stigliani - Das Wohltemperierte Klavier : BWV 846 - BWV 869

Donner votre avis