Tessarini

Tessarini

Tessarini

Marco Pedrona, Marco Montanelli, Ensemble Guidantus - Sonates pour violon et Clavecin

CAL1208

15,00 €

Ajouter au panier


Prévenez-moi lorsque le produit est disponible

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,50 €.

30 autres produits dans la même catégorie :

En savoir plus

Le répertoire de Tessarini n’est qu’instrumental. Ces sonates exigent du soliste une grande technique. Tessarini, dans la pleine possession de son art, offre des compositions instrumentales bien plus concises que quelques décennies auparavant, dans lesquelles il expérimente, en quelques pages seulement, une grande vitalité rythmique et une parfaite inspiration mélodique.

  • Description
  • Track liste
  • Commentaires

    Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

    Donner votre avis

    Tessarini

    Tessarini

    Marco Pedrona, Marco Montanelli, Ensemble Guidantus - Sonates pour violon et Clavecin

    Donner votre avis

    Carlo Tessarini de Rimini

    (né à Remini, Italie en 1690 - mort aux Pays-Bas, après 1766) Compositeur et violoniste italien, on en sait très peu sur sa formation, et il n’existe aucun document concernant sa relation avec Vivaldi et Corelli, parfois mentionnés comme ses professeurs. De 1716 à 1719, puis de 1727 à 1730, il est «maitre de concerts» au Pio Ospedaletto à Venise. En 1720, il est engagé comme violoniste - un vote unanime - à la chapelle San Marco, poste qu’il occupera au moins jusqu’en 1733. Entre 1733 et 1735, Carlo Tessarini quitte Venise et intégre la chapelle de la Cathédrale d’Urbino. En 1740 il est à Rome et Naples. Sa dédicace de La Grammaticale de Musique au Marquis A. Gabrielli date de ces années (février 1741).

    Dans les années 1744-47, il est à Paris, et c’est de cette période que datent les premières impressions sur papier de ses compositions parisiennes, qu’il utilise comme supports pour ses concerts aux Pays-Bas. De 1747 à 1748, il est à la tête de l’orchestre Ruckhold à Londres, et d’après des sources londoniennes, il se fait parfois appeler «Charles Tessarini le Catelgarreuil» (on ignore le sens de ce surnom). De 1750 à 1757, il retourne à la Cathédrale d’Urbino, puis donne de nombreux concerts à l’étranger. C’est en décembre 1766, lors de l’annulation d’un de ses concerts, que l’on perd défi nitivement sa trace. On ne connait ni le lieu ni la date de sa mort.

    Le répertoire de Tessarini n’est qu’instrumental, et se compose principalement de concertos, sonates et duos. Ce n’est que tardivement qu’il commence à imprimer ses propres compositions (1729), et dès lors le flux éditorial sera ininterrompu jusqu’en 1860. Il est par ailleurs l’auteur d’un manuel qui expose l’essentiel des théories musicales et propose des exercices pour apprendre le violon.

    Carlo Tessarini, Sonate per Violino e Basso Continuo op. XIV

    VI / SONATE / à / VIOLINO O FLAUTO TRAVERSIERE / E CEMBALO, / DEDICATE / ALLE

    / LORO ECCELLENZE GE’ / MINISTRI PLENIPOTEN- / ZIARI NEL CONGRESSO / DI AIX

    LA CHAPELLE / DA / Carlo Tessarini da Rimini / OPERA XIV. / L’Anno 1748

    L’Opéra Quatorze de Carlo Tessarini de Rimini est une collection de six sonates pour violon et basso continuo. Les sonates se décomposent habituellement en trois mouvements, exception faite de la Cinquième Sonate qui reprend le style italien classique en quatre mouvements (lent - rapide - lent- rapide). Les sonates 1, 3, 4 et 6 s’articulent autour du style «Allegro - Adagio - Allegro», typique des concertos de Vivaldi, tandis que la seconde sonate que l’on trouve au centre a un mouvement rapide, précédé d’un tempo modéré (Andate) et suivie d’un menuet; souvent les mouvements individuels ont la forme «danse» (AABB).

    Du point de vue de l’écriture, la part accordée au soliste révèle clairement l’écriture pour violon, utilisant des bi-cordes. Tessarini exige des solistes une grande technique, particulièrement dans les positions aïgues, une bonne capacité dans le phrasé, une connaissance des techniques d’improvisation, une articulation vive, en somme, la technique «classique» d’un bon violoniste du milieu du 18è siècle. Cet enregistrement se termine avec trois sonates extraites d’une autre collection de Tessarini: il s’agit du Second Opéra, publié par «Le Cene» à Amsterdam à la fin de l’année 1720. La première structure de ces compositions est homogène, se divisant toutes trois en quatre mouvements, arrangées selon le canonique «Largo - Allegro - Adagio - Vivace». Tessarini, dans la pleine possession de son art, offre des compositions instrumentales bien plus concises que quelques décennies auparavant, dans lesquelles il expérimente, en quelques pages seulement, une grande vitalité rythmique et une parfaite inspiration mélodique.

    Marco Montanelli

    CAL1208 - TESSARINI - SONATA

    Sonata I in Si b Maggiore
    1 - Spiritoso
    2 - Largo
    3 - Presto

    Sonata II in Fa Maggiore
    4 – Andante
    5 – Vivace
    6 - Minuet

    Sonata III in Sol Maggiore
    7 Presto
    8 Andante Grazioso
    9 Presto

    Sonata IV in Re Maggiore
    10 Vivace
    11 Adagio
    12 Allegro

    Sonata V in Mi b Maggiore
    13 Adagio
    14 Spiritoso
    15 Largo
    16 Minuet

    Sonata VI in Sol Maggiore
    17 Allegro
    18 Andante
    19 Presto

    Sonata II in Si b Maggiore
    20 Largo
    21 Vivace
    22 Andante
    23 Allegro

    Sonata III in Re Maggiore
    24 Adagio
    25 Allegro
    26 Largo
    27 Presto

    Sonata XI in Sol Maggiore
    28 Largo
    29 Allegro
    30 Largo Affettuoso
    31 Presto